AMOREUTOPIA

Discussions conviviales entre amis !
 
AccueilRechercherS'enregistrerConnexion
Partagez | 
 

 IDE - Annexe 3

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
webmaster
Boss Site
avatar

Nombre de messages : 7793
Age : 32
Date d'inscription : 25/11/2006

MessageSujet: IDE - Annexe 3   Mer 27 Avr - 13:41

Annexe III

Le référentiel de formation

La formation conduisant au diplôme d’Etat d’infirmier vise l’acquisition de compétences pour répondre aux besoins de santé des personnes dans le cadre d’une pluriprofessionnalité.
Revenir en haut Aller en bas
webmaster
Boss Site
avatar

Nombre de messages : 7793
Age : 32
Date d'inscription : 25/11/2006

MessageSujet: Re: IDE - Annexe 3   Mer 27 Avr - 13:41

1. Finalités de la formation

Le référentiel de formation des infirmiers a pour objet de professionnaliser le parcours de l’étudiant, lequel construit progressivement les éléments de sa compétence à travers l’acquisition de savoirs et savoir-faire, attitudes et comportements.

L’étudiant est amené à devenir un praticien autonome, responsable et réflexif, c'est-à-dire un professionnel capable d’analyser toute situation de santé, de prendre des décisions dans les limites de son rôle et de mener des interventions seul et en équipe pluriprofessionnelle.

L’étudiant développe des ressources en savoirs théoriques et méthodologiques, en habiletés gestuelles et en capacités relationnelles. Il établit son portefeuille de connaissances et de compétences et prépare son projet professionnel.

L’étudiant apprend à reconnaître ses émotions et à les utiliser avec la distance professionnelle qui s’impose. Il se projette dans un avenir professionnel avec confiance et assurance, tout en maintenant sa capacité critique et de questionnement.

L’étudiant développe une éthique professionnelle lui permettant de prendre des décisions éclairées et d’agir avec autonomie et responsabilité dans le champ de sa fonction.

Exercés au raisonnement clinique et à la réflexion critique, les professionnels formés sont compétents, capables d’intégrer plus rapidement de nouveaux savoirs et savent s’adapter à des situations variées.
Revenir en haut Aller en bas
webmaster
Boss Site
avatar

Nombre de messages : 7793
Age : 32
Date d'inscription : 25/11/2006

MessageSujet: Re: IDE - Annexe 3   Mer 27 Avr - 13:42

2. Principes pédagogiques

Le référentiel de formation est articulé autour de l’acquisition des compétences requises pour l’exercice des différentes activités du métier d’infirmier.

Le référentiel de formation met en place une alternance entre l’acquisition de connaissances et de savoir-faire reliés à des situations professionnelles, la mobilisation de ces connaissances et savoir-faire dans des situations de soins, et, s’appuyant sur la maitrise des concepts, la pratique régulière de l’analyse de situations professionnelles.

La formation est structurée autour de l’étude de situations donnant aux étudiants l’occasion de travailler trois paliers d’apprentissage :
- « comprendre », l’étudiant acquiert les savoirs et savoir-faire nécessaires à la compréhension des situations,
- « agir », l’étudiant mobilise les savoirs et acquiert la capacité d’agir et d’évaluer son action,
- « transférer », l’étudiant conceptualise et acquiert la capacité de transposer ses acquis dans des situations nouvelles ;

Le référentiel de formation est organisé pour mettre en relation les connaissances à acquérir et le développement des compétences requises. Les unités d’intégration mobilisent l’ensemble des savoirs autour des situations professionnelles. La progression dans l’acquisition des compétences est formalisée sur le portfolio.

Le parcours de formation tient compte de la progression de chaque étudiant dans sa manière d’acquérir les compétences. Ce parcours développe ainsi l’autonomie et la responsabilité de l’étudiant qui construit son cheminement vers la professionnalisation.

Les contenus de formation tiennent compte de l’évolution des savoirs et de la science. Ils sont actualisés en fonction de l’état des connaissances. Ils font une place à l’enseignement des sciences et des techniques infirmières.

La posture réflexive
L’entraînement réflexif est une exigence de la formation permettant aux étudiants de comprendre la liaison entre savoirs et actions, donc d’intégrer les savoirs dans une logique de construction de la compétence.
Cette posture consiste non seulement à positionner des travaux cliniques ou pratiques dans la formation, mais surtout à revenir sur les acquis, les processus et les stratégies utilisées pour en dégager les principes transposables.
Ainsi sont nommés et valorisés les principes de l’action, les références scientifiques, les schèmes d’organisation, etc. tout ce qui contribue à fixer les savoirs et les rendre disponibles et mobilisables lors de la réalisation d’autres travaux.

La posture pédagogique
Les modalités pédagogiques sont orientées vers la construction de savoirs par l’étudiant. Elles relèvent d’une pédagogie différenciée. Elles s’appuient sur des valeurs humanistes ouvertes à la diversité des situations vécues par les personnes.
Le formateur développe des stratégies qui aident l’étudiant dans ses apprentissages en milieu clinique. Il trouve des moyens qui affinent le sens de l’observation et permettent à l’étudiant d’exercer sa capacité de recherche et de raisonnement dans ses expériences.
Le formateur se centre sur des exercices faisant le lien entre l’observation et les hypothèses de diagnostic, entre les signes et les comportements, entre une histoire de vie et une situation ponctuelle, entre l’état du patient et son traitement, etc. Il aide à l’acquisition d’une démarche comportant les problèmes de soins et les interventions en rapport et permet l’exercice d’un raisonnement inductif, analogique ou déductif.

Les principes d’évaluation et de validation
Les formes et contenus de l’évaluation sont en adéquation avec les principes pédagogiques. Pour la validation des unités d’enseignement, une démarche de liaison entre les différents acquis sera favorisée.
La validation des unités d’intégration reposera sur :
- L’utilisation des différents acquis en lien avec une situation,
- La mobilisation active et dynamique de ces acquis et la mise en œuvre des compétences ciblées par l’unité dans une ou plusieurs situations.
La validation des stages reposera sur :
- La mise en œuvre des compétences requises dans une ou plusieurs situations.
Revenir en haut Aller en bas
webmaster
Boss Site
avatar

Nombre de messages : 7793
Age : 32
Date d'inscription : 25/11/2006

MessageSujet: Re: IDE - Annexe 3   Mer 27 Avr - 13:42

3. Durée de la formation

Le référentiel de formation est construit par alternance entre des temps de formation théorique réalisés dans les instituts de formation et des temps de formation clinique réalisés sur les lieux où sont réalisées des activités de soins.
L’enseignement en institut de formation est dispensé sur la base de 35 heures par semaine dont les modalités sont prévues par les responsables de l’IFSI.
La durée de présence en stage est de 35 heures par semaine dont les modalités d’organisation sont prévues par les responsables de l’encadrement de stage.
La présence lors des travaux dirigés et des stages est obligatoire. Certains enseignements en cours magistral peuvent l’être en fonction du projet pédagogique.
Revenir en haut Aller en bas
webmaster
Boss Site
avatar

Nombre de messages : 7793
Age : 32
Date d'inscription : 25/11/2006

MessageSujet: Re: IDE - Annexe 3   Mer 27 Avr - 13:42

4. Attribution des crédits européens

Le référentiel donne lieu à l’attribution des crédits conformément au système européen de transferts de crédits « European Credits Transfert System » (ECTS). Les principes qui président à l’affectation des crédits sont de 30 crédits par semestre de formation.
La notion de charge de travail de l’étudiant prend en compte toutes les activités de formation (cours, séminaires, stages, mémoire, travail personnel, évaluations,…) et toutes les formes d’enseignement (présentiel, à distance, en ligne,…).
Le diplôme d’Etat d’infirmier sanctionne un niveau validé par l’obtention de 180 crédits européens.
La charge de travail de l’étudiant est évaluée à 25 heures de travail par crédit d’enseignement réalisé à l’IFSI et 35 heures par crédit pour l’enseignement en stage.

La méthodologie proposée par l’ECTS donne les instruments appropriés pour établir la transparence et faciliter la reconnaissance académique. Cette reconnaissance est une condition impérative de la mobilité étudiante.

Répartition des 180 crédits européens
1. Enseignement en institut de formation : 120 ECTS, dont
· Sciences contributives au métier infirmier : 42 ECTS
· Sciences et rôles infirmiers : 66 ECTS
· UE transversales : 12 ECTS

2. Enseignement clinique en 7 stages : 60 ECTS
· S1, un stage de 5 semaines
· S2, S3, S4, S5, un stage de 10 semaines
· S6, un stage de 15 semaines au total en deux périodes de 10 semaines maximum

Selon le schéma suivant :
Sciences humaines 15
Sciences biologiques 27
Sciences contributives 42
Sciences infirmières, fondements 15
Sciences infirmières interventions 25
Posture professionnelle, intégration 26
Sciences et rôles infirmiers 66
Stages 60
Formation clinique 60
Unités transversales 12
Unités transversales 12
TOTAL 180 180
Revenir en haut Aller en bas
webmaster
Boss Site
avatar

Nombre de messages : 7793
Age : 32
Date d'inscription : 25/11/2006

MessageSujet: Re: IDE - Annexe 3   Mer 27 Avr - 13:42

5. Formation théorique

Le référentiel de formation propose des unités d’enseignement (UE) de quatre types :
- des unités d’enseignement dont les savoirs sont dits « contributifs » aux savoirs infirmiers,
- des unités d’enseignement de savoirs constitutifs des compétences infirmières,
- des unités d’intégration des différents savoirs et leur mobilisation en situation,
- des unités de méthodologie et de savoirs transversaux.

Les objectifs pédagogiques, les contenus et les modalités d’évaluation sont décrits dans les fiches pédagogiques de chacune des UE. Ces documents sont mis à la disposition des étudiants.


Modalités pédagogiques
Les enseignements sont réalisés sous la forme de cours magistraux, travaux dirigés, travaux personnels (rédaction de mémoire, travaux guidés ou en autonomie…) et stages.

Les cours magistraux (CM) sont des cours dont le contenu est plutôt « théorique », donnés par un enseignant dans des salles de type amphithéâtre devant un public généralement nombreux.


Les travaux dirigés (TD) sont des temps d’enseignement obligatoire réunissant maximum 25 étudiants. Ces cours servent à illustrer, approfondir et compléter un cours magistral en introduisant des données nouvelles qui peuvent être théoriques ou pratiques, à réaliser des exposés, exercices, travaux divers et à travailler sur des situations cliniques. Certaines matières nécessitent de majorer le nombre d’enseignements en TD afin de réaliser une formation au plus près des besoins des étudiants, visant l’individualisation des apprentissages par l’utilisation de méthodes interactives. Certains travaux pratiques nécessaires à la formation infirmière, certaines recherches, études, conduite de projets ou d’action pédagogiques entrent dans cette catégorie d’enseignement et peuvent nécessiter la composition de groupes encore plus petits.

Les travaux personnels guidés (TPG) sont des temps de travail où les étudiants effectuent eux-mêmes certaines recherches ou études, préparent des exposés, des écrits, des projets, réalisent des travaux demandés ou encore rencontrent leur formateur et bénéficient d’entretiens de suivi pédagogique. Ces temps individuels sont guidés par les formateurs qui vérifient si les étudiants sont en capacité d’utiliser ces temps en autonomie ou ont besoin d’un encadrement de proximité.

Les unités d’enseignement (UE)
Les unités d’enseignement sont thématiques, elles comportent des objectifs de formation, des contenus, une durée, des modalités et critères de validation. Elles donnent lieu à une valorisation en crédits européens. La place des unités d’enseignement dans le référentiel de formation permet des liens entre elles et une progression de l’apprentissage des étudiants. Les savoirs qui les composent sont ancrés dans la réalité et actualisés. Du temps personnel est réservé dans chacune d’entre elles.

Les unités d’intégration (UI)
Les unités d’intégration sont des unités d’enseignement qui portent sur l’étude des situations de soins ou situations « cliniques ». Elles comportent des analyses de situations préparées par les formateurs, des mises en situation simulées, des analyses des situations vécues en stage et des travaux de transposition à de nouvelles situations.
Dans chaque semestre est placée une unité d’intégration dont les savoirs et savoir-faire ont été acquis lors du semestre en cours ou ceux antérieurs. Les savoirs évalués lors de cet enseignement sont ceux en relation avec la ou les compétences citées.
Les UI doivent permettre à l’étudiant d’utiliser des concepts et de mobiliser un ensemble de connaissances. Le formateur aide l’étudiant à reconnaître la singularité des situations tout en identifiant les concepts transférables à d’autres situations de soins.
La validation de l’unité d’intégration ne signifie pas la validation de la totalité de la compétence qui ne sera acquise qu’après validation de l’ensemble des unités d’enseignement de la compétence et des éléments acquis en stage.

Les études de situations dans l’apprentissage
Des situations professionnelles apprenantes sont choisies avec des professionnels en activités. Ces situations sont utilisées comme moyens pédagogiques, elles sont analysées avec l’aide de professionnels expérimentés. Les étudiants construisent leurs savoirs à partir de l’étude de ces situations en s’appuyant sur la littérature professionnelle et grâce aux interactions entre leur savoir acquis et celui des condisciples, enseignants, équipes de travail. Ils apprennent à confronter leurs connaissances et leurs idées et travaillent sur la recherche de sens dans leurs actions. L’auto analyse est favorisée dans une logique de « contextualisation et décontextualisation » et devient un mode d’acquisition de connaissance et de compétences.
L’analyse des réalités professionnelles sur des temps de retour d’expérience en IFSI (laboratoire, supervision, exploitation de stage, jeux de rôle…) est favorisée. Une large place est faite à l’étude de représentations, à l’analyse des conflits socio-cognitifs par la médiation du formateur, aux travaux entre pairs et à l’évaluation formative.
Des liens forts sont établis entre le terrain et l’institution de formation, aussi les dispositifs pédagogiques et les projets d’encadrement en stage sont-ils construits entre des représentants des IFSI et des lieux de soins et sont largement partagés.

Unités d’enseignement
Les unités d’enseignement sont en lien les unes avec les autres et contribuent à l’acquisition des compétences. Elles couvrent six champs :
1 : Sciences humaines, sociales et droit,
2 : Sciences biologiques et médicales,
3 : Sciences et techniques infirmières, fondements et méthodes,
4 : Sciences et techniques infirmières, interventions,
5 : Intégration des savoirs et posture professionnelle infirmière,
6 : Méthodes de travail.

Le référentiel de formation du diplôme d’Etat d’infirmier est ainsi constitué de 36 matières de formation réparties dans 59 unités d’enseignement pour permettre une progression pédagogique cohérente.

Liaison entre les unités d’enseignement et l’acquisition des compétences

-- Chaque UE contribue à l’acquisition des compétences du référentiel, selon le schéma suivant :

Unités d’enseignement en relation avec la compétence 1 :
« Evaluer une situation clinique et établir un diagnostic dans le domaine infirmier »
- UE 2.3.S2 Santé, maladie, handicap, accidents de la vie,
- UE 3.1.S1 Raisonnement et démarche clinique infirmière,
- UE 3.1.S2 Raisonnement et démarche clinique infirmière.

Unités d’enseignement en relation avec la compétence 2 :
« Concevoir et conduire un projet de soins infirmiers »
- UE 3.2.S2 Projet de soins infirmier,
- UE 3.2.S3 Projet de soins infirmiers.

Unités d’enseignement en relation avec la compétence 3 :
« Accompagner une personne dans la réalisation de ses soins quotidiens »
- UE 2.10.S1 Infectiologie hygiène,
- UE 4.1.S1 Soins de confort et de bien-être.

Unités d’enseignement en relation avec la compétence 4 :
« Mettre en œuvre des actions à visée diagnostique et thérapeutique »
- UE 2.1.S1 Biologie fondamentale,
- UE 2.2.S1 Cycles de la vie et grandes fonctions,
- UE 2.4.S1 Processus traumatiques,
- UE 2.5.S3 Processus inflammatoires et infectieux,
- UE 2.6.S2 Processus psychopathologiques,
- UE 2.6.S5 Processus psychopathologiques,
- UE 2.7.S4 Défaillances organiques et processus dégénératifs,
- UE 2.8.S3 Processus obstructifs,
- UE 2.9.S5 Processus tumoraux,
- UE 2.11.S1 Pharmacologie et thérapeutiques,
- UE 2.11.S3 Pharmacologie et thérapeutiques,
- UE 2.11.S5 Pharmacologie et thérapeutiques,
- UE 4.3.S2 Soins d’urgence,
- UE 4.3.S4 Soins d’urgence,
- UE 4.4.S2 Thérapeutiques et contribution au diagnostic médical,
- UE 4.4.S4 Thérapeutiques et contribution au diagnostic médical,
- UE 4.4.S5 Thérapeutiques et contribution au diagnostic médical,
- UE 4.7.S5 Soins palliatifs et de fin de vie.

Unités d’enseignement en relation avec la compétence 5 :
« Initier et mettre en œuvre des soins éducatifs et préventifs »
- UE 1.2.S2 Santé publique et économie de la santé,
- UE 1.2.S3 Santé publique et économie de la santé,
- UE 4.6.S3 Soins éducatifs et préventifs,
- UE 4.6 S4 Soins éducatifs et préventifs.

Unités d’enseignement en relation avec la compétence 6 :
« Communiquer et conduire une relation dans un contexte de soins »
- UE 1.1.S1 Psychologie, sociologie, anthropologie,
- UE 1.1.S2 Psychologie, sociologie, anthropologie,
- UE 4.2.S2 Soins relationnels,
- UE 4.2.S3 Soins relationnels,
- UE 4.2.S5 Soins relationnels.

Unités d’enseignement en relation avec la compétence 7 :
« Analyser la qualité des soins et améliorer sa pratique professionnelle »
- UE 4.5.S2 Soins infirmiers et gestion des risques,
- UE 4.5.S4 Soins infirmiers et gestion des risques,
- UE 1.3.S1 Législation, éthique, déontologie,
- UE 1.3.S4 Législation, éthique, déontologie,
- UE 4.8.S6 Qualité des soins et évaluation des pratiques.

Unités d’enseignement en relation avec la compétence 8 :
« Rechercher et traiter des données professionnelles et scientifiques »
- UE 3.4.S4 Initiation à la démarche de recherche,
- UE 3.4.S6 Initiation à la démarche de recherche.
Les deux unités transversales contribuent également à l’acquisition de cette compétence :
- UE 6.1 Méthodes de travail et TIC,
- UE 6.2 Anglais.

Unités d’enseignement en relation avec la compétence 9 :
« Organiser et coordonner des interventions soignantes »
- UE 3.3.S3 Rôles infirmiers, organisation du travail et inter professionnalité,
- UE 3.3.S5 Rôles infirmiers, organisation du travail et inter professionnalité.

Unités d’enseignement en relation avec la compétence 10 :
« Informer et former des professionnels et des personnes en formation »
- UE 3.5.S4 Encadrement des professionnels de soin.

- Dans chacun des semestres, une unité d’intégration concoure à l’acquisition d’une ou plusieurs compétences. Sont ainsi combinés et mobilisés les ressources, savoirs et savoir-faire, acquis dans les UE du semestre en cours puis, progressivement, des semestres précédents.
Au semestre 1 : UE 5.1.S1 Accompagnement dans la réalisation des soins quotidiens
Au semestre 2 : UE 5.2.S2 Evaluation d’une situation clinique
Au semestre 3 : UE 5.3.S3 Communication et conduite de projet
Au semestre 4 : UE 5.4.S4 Soins éducatifs et préventifs et formation des professionnels et des stagiaires
Au semestre 5 : UE 5.5.S5 Mise en œuvre des thérapeutiques et coordination des soins
Au semestre 6 : UE 5.5.S6 Analyse de la qualité des soins et traitement des données scientifiques et professionnelles

- A ces unités d’enseignement s’ajoutent les deux unités optionnelles. Celles-ci se déroulent au cours des deux derniers semestres (5 et 6). Elles permettent d’approfondir un domaine d’exercice de la fonction infirmière et de mener une réflexion sur un choix possible d’orientation à la sortie de la formation
Revenir en haut Aller en bas
webmaster
Boss Site
avatar

Nombre de messages : 7793
Age : 32
Date d'inscription : 25/11/2006

MessageSujet: Re: IDE - Annexe 3   Mer 27 Avr - 13:43

6. Formation clinique en stage

Modalités pédagogiques
L’enseignement clinique des infirmiers s’effectue au cours de périodes de stages dans des milieux professionnels en lien avec la santé et les soins. Ces périodes alternent avec les périodes d’enseignement en institut de formation.

Selon la directive européenne 2005-36 :
« L'enseignement clinique se définit comme étant le volet de la formation d'infirmier par lequel le candidat infirmier apprend, au sein d'une équipe, en contact direct avec un individu sain ou malade et/ou une collectivité, à organiser, dispenser et évaluer les soins infirmiers globaux requis à partir des connaissances et compétences acquises . »

Pendant les temps de stage l’étudiant se trouve confronté à la pratique soignante auprès des patients, il se forme en réalisant des activités et en les analysant au sein des équipes professionnelles. Les savoirs théoriques, techniques, organisationnels et relationnels utilisés dans les activités sont mis en évidence par les professionnels qui encadrent le stagiaire et par les formateurs dans les rencontres avant, pendant et après la mise en stage des étudiants.

Ainsi, les stages sont à la fois des lieux d’intégration des connaissances construites par l’étudiant et des lieux d’acquisition de nouvelles connaissances par la voie de l’observation, de la contribution aux soins, de la prise en charge des personnes, de la participation aux réflexions menées en équipe et par l’utilisation des savoirs dans la résolution des situations.

Le retour sur la pratique, la réflexion, et le questionnement sont accompagnées par un professionnel chargé de la fonction tutorale et un formateur. Ceci contribue à développer chez l’étudiant la pratique réflexive nécessaire au développement de la compétence infirmière.

L’étudiant construit ses compétences en agissant avec les professionnels et en inscrivant dans son portfolio les éléments d’analyse de ses activités, ce qui l’aide à mesurer sa progression.


Les objectifs de stage
Les objectifs de stage tiennent compte à la fois des ressources des stages, des besoins des étudiants en rapport avec l’étape de leur cursus de formation, et des demandes individuelles des étudiants.

Le stage doit permettre aux étudiants :
- d’acquérir des connaissances,
- d’acquérir une posture réflexive, en questionnant la pratique avec l’aide des professionnels,
- d’exercer son jugement et ses habiletés gestuelles,
- de centrer son écoute sur la personne soignée et proposer des soins de qualité,
- de prendre progressivement des initiatives et des responsabilités,
- de reconnaître ses émotions et les utiliser avec la distance professionnelle qui s’impose
- de prendre la distance nécessaire et de canaliser ses émotions et ses inquiétudes,
- de mesurer ses acquisitions dans chacune des compétences.
- de confronter ses idées, ses opinions et ses manières de faire à celle de professionnels et d’autres étudiants,

Les besoins de l’étudiant sont formalisés
- dans le référentiel de compétences et le référentiel de formation, connus des personnes qui guident les étudiants,
- dans le portfolio que l’étudiant présentera dès le premier jour du stage et qu’il devra remplir avec le tuteur au long du déroulé du stage.

Les objectifs de stage sont négociés avec le lieu du stage à partir des ressources de celui-ci. Ils sont rédigés et inscrits dans le port folio de l’étudiant.


Les responsables de l’encadrement
Chaque étudiant est placé sous la responsabilité d’un maître de stage, d’un tuteur de stage et d’un professionnel de proximité au quotidien. Ces trois fonctions peuvent être exercées par la même personne pour des raisons d’organisation ou dans le cas d’équipes d’encadrement restreintes. Ainsi, toujours placé sous la responsabilité d’un professionnel, l’étudiant acquiert progressivement une façon de plus en plus autonome d’exercer son futur métier.
Ce mode d’organisation ne modifie en rien la hiérarchie dans les établissements et des lieux d’encadrement. La direction des soins demeure responsable de l’encadrement des étudiants en stage et, est garante de la charte d’encadrement.

Le maître de stage
Il représente la fonction organisationnelle et institutionnelle du stage. Il s’agit le plus souvent du cadre de santé. Il exerce des fonctions de management et de responsabilité sur l’ensemble du stage. Il est le garant de la qualité de l’encadrement. Il met en place les moyens nécessaires à ce dernier et veille à l’établissement d’un livret d’accueil spécifique (cf chapitre qualification et agrément des stages) ainsi qu’à la diffusion et à l’application de la charte d’encadrement. Il assure le suivi des relations avec l’institut de formation pour l’ensemble des stagiaires placés sur le territoire dont il a la responsabilité, et règle les questions en cas de litige ou de conflit. Il accueille l’ensemble des étudiants affectés à sa zone d’exercice.

Le tuteur de stage
Les missions spécifiques du tuteur sont décrites dans le livret d’accueil.
Le tuteur représente la fonction pédagogique du stage. Il est volontaire pour exercer cette fonction, il peut le faire temporairement et sur une zone à délimiter (pôle, unité…). Professionnel expérimenté, il a développé des capacités ou des compétences spécifiques et de l’intérêt pour l’encadrement d’étudiants. Il connaît bien les référentiels d’activités, de compétences et de formation des futurs professionnels qu’il encadre. Chaque étudiant connaît son tuteur de stage et ses missions.
Le tuteur assure un accompagnement des étudiants et évalue leur progression lors d’entretiens réguliers. Le tuteur peut accompagner plusieurs stagiaires et les recevoir ensemble lors de leur accueil ou de séquences de travail. Il peut leur proposer des échanges autour des situations ou des questions rencontrées. Il facilite l’accès des étudiants aux divers moyens de formation proposés sur les lieux de stage, les met en relation avec des personnes ressources et favorise, en liaison avec le maître de stage, l’accès aux services collaborant avec le lieu de stage en vue de comprendre l’ensemble du processus de soin (exemple : stérilisation centrale, bloc opératoire, consultation etc.).
Le tuteur a des relations régulières avec le formateur de l’institut de formation, référent du stage. Il propose des solutions en cas de difficultés ou de conflits.
Le tuteur évalue la progression des étudiants dans l’acquisition des compétences après avoir demandé l’avis des professionnels qui ont travaillé en proximité avec l’étudiant. Il formalise cette progression sur le portfolio lors des entretiens avec l’étudiant en cours et à la fin du stage.
La désignation des tuteurs relève des missions de l’encadrement professionnel sur la base de critères de compétences, d’expérience et de formation. Le tuteur est placé sous la responsabilité d’un cadre professionnel.

Les professionnels de proximité
Ils représentent la fonction d’encadrement pédagogique au quotidien. Ils sont présents avec l’étudiant lors des séquences de travail de celui-ci, le guident de façon proximale, lui expliquent les actions, nomment les savoirs utilisés, rendent explicites leurs actes, etc.,…
Ils accompagnent l’étudiant dans sa réflexion et facilitent l’explicitation des situations et du vécu du stage, ils l’encouragent dans ses recherches et sa progression.
Plusieurs personnes peuvent assurer ce rôle sur un même lieu de travail en fonction de l’organisation des équipes.
Ils consultent le port folio de l’étudiant afin de cibler les situations, activités ou soins devant lesquels l’étudiant pourra être placé.
Ils ont des contacts avec le tuteur afin de faire le point sur l’encadrement de l’étudiant de manière régulière.

Le formateur de l’IFSI référent de stage
Les IFSI désignent un formateur référent pour chacun des stages, l’étudiant connaît le formateur référent du stage.
Le formateur référent est en lien avec le maître de stage en ce qui concerne l’organisation générale des stages dans son unité ou sa structure.
Il est également en liaison régulière avec le tuteur de stage afin de suivre le parcours des étudiants et régler au fur et à mesure les questions pédagogiques qui peuvent se poser.
Il a accès aux lieux de stage et peut venir encadrer un étudiant sur sa propre demande, celle de l’étudiant, ou celle du tuteur de stage.

Durée et répartition des stages :
Les stages ont une durée de 60 semaines, soit 2100 heures pour les trois ans
Sur la base de 35 heures/semaine
Durée des stages pour la première année :
15 semaines, soit : 5 semaines en S1 et 10 semaines en S2
Durée des stages pour la deuxième année :
20 semaines, soit : 10 semaines en S3 et 10 semaines en S4
Durée des stages pour la troisième année :
25 semaines, soit : 10 semaines en S5 et 15 semaines en S6

Pour une rentrée en février, les semestres sont de février à fin août et de septembre à février.

Parcours de l’étudiant en stage
Quatre types de stages sont prévus, ils sont représentatifs de « familles de situations », c'est-à-dire des lieux où l’étudiant rencontre des spécificités dans la prise en soins :
1 – Soins de courte durée : l’étudiant s’adresse à des personnes atteintes de pathologies et hospitalisées dans des établissements publics ou privés.
2 – Soins en santé mentale et en psychiatrie: l’étudiant s’adresse à des personnes hospitalisées ou non, suivies pour des problèmes de santé mentale ou de psychiatrie.
3 – Soins de longue durée et soins de suite et de réadaptation : l’étudiant s’adresse à des personnes qui requièrent des soins continus dans le cadre d’un traitement ou d’une surveillance médicale, en établissement dans un but de réinsertion, ou une surveillance constante et des soins en hébergement.
4 – Soins individuels ou collectifs sur des lieux de vie : l’étudiant s’adresse à des personnes ou des groupes qui se trouvent dans des lieux de vie (domicile, travail, école,…).

Le parcours de stage des étudiants comporte un stage minimum dans chacun des types de stage décrits ci-dessus.

Les étudiants peuvent effectuer leur stage dans une unité, un pôle dont les activités sont de même nature, une structure ou auprès d’une personne, selon l’organisation et le choix du stage.

Le stage du premier semestre est de 5 semaines, il s’effectue dans un même lieu.
Les stages des semestres 2, 3, 4, et 5 ont une durée de 10 semaines. Dans un objectif de professionnalisation, chaque stage de 10 semaines est réalisé dans un même lieu en une ou deux périodes. Cependant, pour des raisons d’intérêt pédagogique, les 10 semaines d’un même semestre peuvent s’effectuer sur deux lieux de stage différents.
Les stages du semestre 6 sont réalisés sur deux lieux différents, la période maximale demeure de 10 semaines. Le choix de l’un de ces stages peut être laissé à l’étudiant en fonction de son projet professionnel et en accord avec l’équipe pédagogique.

Les stages s’effectuent sur la base de 35 heures par semaine. Les horaires varient en fonction des lieux d’accueil et des modalités d’apprentissage. Les horaires de nuit, de fin de semaine ou de jours fériés, sont possibles dès lors que l’étudiant bénéficie d’un encadrement de qualité.

Pour mieux comprendre le parcours des personnes soignées et insérer le stage dans un contexte environnemental, les étudiants peuvent se rendre quelques jours sur d’autres lieux, rencontrer des personnes ressources ou visiter des sites professionnels. Toutes ces modifications donnent lieu à traçabilité.

Pendant la durée des stages, le formateur de l’IFSI référent du stage organise, en lien avec l’équipe pédagogique, le tuteur et le maitre de stage, soit sur les lieux de stage, soit en IFSI, des regroupements des étudiants d’un ou de quelques jours. Ces regroupements entre les étudiants, les formateurs et les professionnels permettent de réaliser des analyses de la pratique professionnelle.


Qualification et agrément des stages
Les lieux de stage sont choisis en fonction des ressources qu’ils peuvent offrir aux étudiants.
Ils accueillent un ou plusieurs étudiants. Un stage est reconnu « qualifiant » lorsque le maitre de stage se porte garant de la mise à disposition des ressources, notamment la présence de professionnels qualifiés et des activités permettant un réel apprentissage.

En outre, les critères de qualification d’un stage sont :

L’établissement d’une charte d’encadrement
La charte d’encadrement est établie entre l’établissement d’accueil et les IFSI partenaires. Elle est portée à la connaissance des étudiants. Elle formalise les engagements des deux parties dans l’encadrement des étudiants.

L’établissement d’un livret d’accueil et d’encadrement
La charte est complétée par un livret d’accueil spécifique à chaque lieu de stage, celui-ci comporte notamment :
- les éléments d’information nécessaire à la compréhension du fonctionnement du lieu de stage (type de service ou d’unité, population soignée, pathologies traitées, etc.),
- les situations les plus fréquentes devant lesquelles l’étudiant pourra se trouver,
- les actes et activités qui lui seront proposés,
- les éléments de compétences plus spécifiques qu’il pourra acquérir,
- la liste des ressources offertes à l’étudiant dans le stage,
- les modalités d’encadrement : conditions de l’accueil individualisé de l’étudiant, établissement d’un tutorat nominatif, prévision d’entretiens à mi-parcours, prévision des entretiens d’évaluation,
- les règles d’organisation en stage : horaires, tenue vestimentaire, présence, obligations diverses.


L’établissement d’une convention de stage
La convention est établie pour les stages organisés en dehors de l’établissement sur lequel est implanté l’IFSI. Elle est tripartite. Elle est signée par l’établissement d’enseignement, l’établissement d’accueil et l’étudiant. Elle précise les conditions d’accueil dans un stage précis et les engagements de chaque partie. Elle note la durée du stage et précise les modalités de son évaluation et de sa validation dans la formation du stagiaire.
Cette convention peut être établie annuellement et comporter des avenants pour chaque stage.

Evaluation des compétences en stages
Le portfolio de l’étudiant est un outil qui sert à mesurer la progression de l’étudiant en stage. Il est centré sur l’acquisition des compétences, des activités et des actes infirmiers.

Il comporte plusieurs parties remplies lors de chaque stage :
- des éléments sur le cursus de formation de l’étudiant, écrits par celui-ci avant son arrivée en stage,
- des éléments d’analyse de la pratique de l’étudiant à partir des activités réalisées en stage, rédigés par l’étudiant,
- des éléments d’acquisition des compétences au regard des critères cités qui sont remplis par le tuteur, en concertation avec l’équipe d’encadrement, lors de l’entretien d’évaluation du stage. Les indicateurs permettent aux professionnels d’argumenter les éléments sur lesquels les étudiants doivent progresser,
- des éléments sur la réalisation des actes, des activités ou des techniques de soins, à remplir par le tuteur, en concertation avec l’équipe d’encadrement et l’étudiant, pendant le stage,
- un bilan, réalisé par le tuteur, de la progression de l’étudiant lors de chacun des stages.

L’acquisition des éléments de chaque compétence et des activités techniques est progressive, chaque étudiant peut avancer à son rythme, à condition de répondre aux exigences minimales portées dans l’arrêté de formation.

Chaque semestre le formateur de l’IFSI responsable du suivi pédagogique de l’étudiant fait le bilan des acquisitions avec celui-ci. Il conseille l’étudiant et le guide pour la suite de son parcours. Il peut être amené à modifier le parcours de stage au vu des éléments contenus dans le portfolio.
Revenir en haut Aller en bas
 
IDE - Annexe 3
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» question feuille présemce réelle
» Question annexe
» Annexe St Anne
» Réclamation de la subvention
» SNSM OUISTREHAM

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
AMOREUTOPIA :: 03 - MEDIATHEQUE :: CYBER INSERTION :: ECOLES - FORMATION & STAGES-
Sauter vers: